Home » , , » Les "3 petits singes" hassidim font scandale à Jérusalem

Les "3 petits singes" hassidim font scandale à Jérusalem

Controverse à l'exposition d'Art juif contemporain: les ultra-orthodoxes choqués, un artiste offensé.

Les 3 petits singes
Une photo représentant trois enfants de la communauté hassidique (Juifs ultra-orthodoxes) présentée à l'exposition d'art juif contemporain à la cinémathèque de Jérusalem est actuellement au centre d'une polémique initiée par les ultra-orthodoxes qui s'affirment outragés par le titre de l'oeuvre.

Les 3 petits singes de la sagesse orientale devenus 3 petits hassidim de la sagesse juive

Marc Roth pour i24newsLes trois enfants ont en effet adopté les positions des trois singes de la sagesse, appelés aussi les "trois petits singes", chacun se couvrant une partie différente du visage avec les mains, le premier les yeux, le deuxième la bouche et le troisième les oreilles. Ils forment une sorte de maxime picturale : "Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire". À celui qui suit cette maxime, il n'arriverait que du bien, selon ce symbole d'origine asiatique.
Marc Roth, un Israélien d'origine française, a donc intitulé son oeuvre "les 3 singes".
Le photographe, dont les parents ont été déportés à Auschwitz, issu de la célèbre dynastie des Hassidim de Sanz, était à cent lieues de penser que son oeuvre puisse blesser la sensibilité du public ultra-orthodoxe et devenir l'objet d'une violente controverse au point de se voir traiter d'antisémite, alors que le message que souhaite transmettre Marc Roth au travers de son oeuvre est justement son amour du judaïsme et de ses traditions.

Une provocation "antisémite"

Il n'a apparemment pas été compris par les membres de la communauté ultra-orthodoxe qui ont visité l'exposition à la cinémathèque de Jérusalem. Pour certains d'entre eux, "la vérité est démasquée, les laïcs révèlent enfin ce qu'ils pensent des haredim (ultra-orthodoxes), ce qu'ils ont toujours pensé d'eux en silence". Pour d'autres, "pas besoin d'aller à l'étranger pour subir l'antisémitisme, il suffit de se rendre à une exposition dans le centre de Jérusalem". Et d'exiger que "l'on mette un terme à ce phénomène au plus vite".
Le député et ancien ministre de l'Intérieur Eli Yishaï du parti ultra-orthodoxe séfarade Shass a déclaré au site israélien Walla que "seul un cerveau créatif antijuif est capable de donner un titre aussi nauséabond à une telle photo. Le fait de la présenter lors d'une exposition est déjà douloureux et inquiétant, mais c'est encore plus exaspérant de constater que personne n'a jugé bon jusqu'à présent de la retirer. Cette photo remporte sans aucun doute le premier prix dans cette course à la haine des ultra-orthodoxes qui ne fait que croître".
Le député du Foyer juif (nationaliste religieux sioniste) et ministre adjoint de l'Education, Avi Wortzman n'est pas en reste. Il s'est lui aussi déclaré "choqué" par le titre de l'oeuvre exposée. "C'est de l'antisémitisme version 2013 qui ne doit pas être passé sous silence. Une telle provocation ne peut être considérée comme de l'art et j'appelle la cinémathèque à retirer immédiatement cette photo. J'exhorte le ministère de la Culture à envisager le gel des subventions allouées à la cinémathèque dans l'attente d'une enquête", a tonné Wortzman.

Amour du peuple juif et de ses traditions

Interrogé par i24News, Marc Roth, qui a un fils et 4 petits-enfants religieux, s'est dit "consterné et ébahi par les réactions de quelques visiteurs et surtout de ministres ou anciens ministres qui n'ont même pas pris la peine de s'informer sur mon vécu". "Car s'ils l'avaient fait, ils ne se seraient jamais permis de galvauder le terme d'antisémitisme et de m'affubler d'une soi-disante haine à l'égard du public ultra-orthodoxe", s'est ému le photographe.Marc Roth pour i24news
"En aucun cas mon intention était de heurter la sensibilité de qui que ce soit avec le titre de mon oeuvre. Je pense avoir une idée bien plus précise que messieurs Yishaï et Wortzman de la signification de l'antisémitisme. Mon père et ma mère ont été déportés à Auschwitz, j'y ai perdu un frère. C'est moi qui suis offensé. Comment pourrais-je être antisémite ? Comment pourrais-je inciter à la haine entre Juifs, moi qui ai fait mon Alyah (émigration des Juifs en Israël, NDLR) par pure idéologie sioniste, c'est-à-dire par amour du peuple juif et de ses traditions ?", a précisé Marc Roth qui a confié à i24News que "ce titre est un hommage à la sagesse juive".
Marc Roth a confié à i24News être "inquiet pour la liberté de création en Israël lorsqu'un ministre-adjoint de l'Education appelle à la censure d'une oeuvre", assimilant cette réaction à de "l'ignorance". Il s'est néanmoins déclaré confiant dans "la sagesse juive et la tradition démocratique d'Israël", un pays en faveur duquel il a mené un combat acharné pendant plus de 50 ans en France.
Exposition d'Art juif contemporain
Derekh Hebron 11
Jérusalem
Jusqu'au 30 décembre 2013 Dimanche à jeudi de 16h à 21h30 Vendredi de 9h30 à 15h30

Marc Femsohn - Pour i24news.tv
Misha Uzan, Fondateur de CulturËl, est Web Manager à i24news.tv

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Notre page facebook

Recevez notre newsletter

Articles les + lus de la semaine

Fourni par Blogger.